Les Aventures de Tintin – Tintin au Pays de l’Or Noir [Critique]

Article rédigé par Henri

Tintin au Pays de l'Or Noir 1Le 15ème album est, de toute la série Tintin, celui dont la conception a connu le plus de remous. Tintin au Pays de l’Or Noir aurait dû faire suite au Sceptre d’Ottokar, et sa publication avait même commencé dans Le Petit Vingtième en 1939. Seulement, lorsque le journal cesse de paraître en 1940 avec l’occupation allemande de la Belgique, et que Hergé retrouve du travail dans le quotidien Le Soir « volé », le dessinateur ne reprendra pas Au Pays de l’Or Noir là où la publication s’était arrêtée, mais débutera à la place une autre aventure : Le Crabe aux Pinces d’Or.

Il faudra finalement attendre 8 ans pour que Tintin au Pays de l’Or Noir voit sa publication repartir du tout début, dans le Journal de Tintin. En effet, l’histoire parue initialement était loin d’être achevée (elle s’arrêtait à la page 27 de l’édition actuelle de l’album, soit moins de la moitié).

Il serait peut-être temps que je parle un peu de l’histoire, non ? Alerté par les Dupondt, Tintin enquête sur une affaire d’essence falsifiée : les moteurs font « BOUM », et la crise pétrolière menace de paralyser l’économie. Le reporter part donc enquêter en Palestine, sous protectorat britannique…
Bon, alors, désolé mais… Il va falloir que je poursuive l’histoire mouvementée de la conception d’Au Pays de l’Or Noir ! L’édition 1949 publiée dans le journal Tintin puis éditée en format album en 1950, sera finalement revue en 1971 à la demande de l’éditeur anglais afin d’être actualisée, de la même manière que ce qui a été fait pour L’Île Noire. Au Pays de l’Or Noir ne se déroule donc plus en Palestine, mais dans l’Émirat fictif du Khemed. On note ainsi quelques différences jusqu’à la 25ème page, tout élément se référant au conflit palestinien de 1948 étant enlevé pour faire place à une nouvelle intrigue centrée sur une guerre entre tribus arabes.

Tintin au Pays de l'Or Noir 3Tintin au Pays de l'Or Noir 2

Ouf ! Bon, cette fois-ci, on peut reprendre ! Avec « l’aide » des Dupondt, Tintin part donc enquêter au Khemed, où il apprend que l’un de ses vieux ennemis, le Dr. Müller (l’antagoniste de L’Île Noire) sabote l’essence pour le compte du cheikh Bab El Ehr et d’une compagnie pétrolière rivale de celle soutenue par l’émir Ben Kalish Ezab.

Au Pays de l’Or Noir est un album bien étrange si on le lit dans une suite chronologique : le récit ayant été commencé avant les introductions de Haddock et Tournesol, ces derniers n’y jouent qu’un rôle mineur (voire aucun s’agissant de Tournesol, juste évoqué). Un ajout de l’édition actuelle mentionne le départ en mission de Haddock en page 3, et le capitaine n’apparaît qu’à la fin sans expliquer comment il est arrivé là – un gag sur lequel joue Hergé !
En la quasi-absence du capitaine, la touche humoristique est assurée par les Dupondt, repoussant toujours plus loin les limites de la stupidité humaine à chacune de leurs nombreuses interventions. On peut dire qu’Au Pays de l’Or Noir est tout simplement l’album des Dupondt ! Comment ne pas évoquer également Abdallah, l’insupportable fils de l’émir !

S’il n’est pas un Tintin essentiel, Au Pays de l’Or Noir est un album très plaisant à lire.

Tintin au Pays de l'Or Noir 4




Laisser un commentaire

Translate »