Dragons – Par-delà les Rives [Saison 1 – Critique]

Dragons Par-delà les Rives image 1

Y’a pas que dans Game of Thrones qu’on peut trouver des dragons. Chez DreamWorks, ils en font et même des mignons. Dragons – Par-delà les Rives (Race to the Edge en VO), c’est la série dérivée du film d’animation du même nom. C’est produit par Netflix et c’est vraiment sympa, pour les petits comme les grands !

Si vous ne connaissez pas l’univers de Dragons de DreamWorks, on y suit les aventures de Harold, un jeune Viking qui devait dans le premier film chasser des dragons. Mais plutôt que les chasser, il a préféré apprendre à mieux les connaître et se rendra compte par lui même qu’ils ne sont pas aussi dangereux qu’on a voulu lui faire croire. C’est comme ça qu’il a rencontré Krokmou, un dragon de la race des Furie Nocturnes devenu son meilleur allié après l’avoir soigné. Dans cette série produit par Netflix, on le retrouve toujours accompagné de Krokmou et de toute sa bande d’amis. Ensemble, ils vont quitter Beurk, le village où ils ont grandit pour découvrir de nouveaux mondes mais aussi de nouvelles races de ces créatures légendaires. Pour cela, ils vont pouvoir s’aider de l ‘ « Oeil de Dragon », un ancien objet qui va leur révéler beaucoup de secrets et qui les guidera vers de grandes aventures. Mais l’objet en question est assez convoité, notamment par Dagur qui s’est échappé de sa prison et qui compte bien mettre des bâtons dans les roues des jeunes Vikings.

Dragons Par-delà les Rives image 2Dragons Par-delà les Rives image 3

Ce n’est pas la première fois que la licence a le droit à une série dérivée mais cette fois c’est Netflix qui produit et quand ils s’investissent dans un projet, on peut dire que c’est rarement mauvais. C’est donc avec un réel plaisir qu’on retrouve tout l’univers des films dans cette première saison composée de 13 épisodes d’une vingtaine de minutes chacun. Le ton de la série est légèrement plus léger et au niveau de la réalisation et de l’animation, ça reste toujours aussi beaux que les films à tel point qu’on aurait presque envie de rejoindre toute la bande pour aller explorer les différentes îles avec eux et adopter un dragon par la même occasion. Enfin, pas n’importe lesquels non plus, certains peuvent être dangereux. D’ailleurs, à chaque nouvel épisode, on se prend à avoir hâte de découvrir une nouvelle espèce. Et si parfois Harold et son équipe tomberont sur des dragons inoffensifs, d’autres seront bien plus hostiles.

Si la cible qui est visée est surtout les plus jeunes, les adultes pourront tout aussi bien apprécier la série. Je dois avouer que l’attitude des personnages m’a parfois bien fait rire avec une mention spéciale pour le duo de frère et sœur Kranedur et Kognedur, les seuls capables de vouloir supprimer la lettre S de l’alphabet ou encore de se lier d’amitié avec un poulet. Rustik est aussi pas mal dans son genre à toujours vouloir se mettre au centre de l’attention et à vouloir faire des blagues du genre mettre les doigts de Varek dans un verre d’eau pendant qu’il est endormi. Heureusement, Harold et Astrid, les deux plus sérieux du groupes, sont toujours là pour que tout se passe pour le mieux. Voilà, ce genre de chose bête mais qui fait toujours sourire. Il y a aussi un peu d’émotion avec des personnages qui se montreront bien plus sensibles que ce qu’ils veulent laisser paraître.

Dragons Par-delà les Rives 4 Dragons Par-delà les Rives image 5

Par contre, pour la fin de la saison, je m’attendais à quelque chose qui allait amener vers la saison 2 et en fait pas vraiment. Le dernier épisode se termine comme la plupart des autres. Ca déçoit un peu forcément surtout qu’avec le personnage de Dagur, on aurait pu s’attendre à un final bien plus marquant… Une petite déception mais qui ne gâche en rien la qualité globale de la série, en espérant que la saison 2 qui débarque sur Netflix dès le 8 Janvier 2016, restera dans la même lignée ! Dragons – Par-delà les Rives est un excellent programme à voir absolument !




Laisser un commentaire

Translate »