Kaamelott : Les Sièges De Transport [Critique]

On l’avait vu avec le premier tome, L’Armée du Nécromant, Kaamelott en BD c’est tout aussi bien que la série télé. On y retrouvait l’univers, l’humour… Bref, tout les ingrédients qui ont fait le succès de l’oeuvre originale. C’est donc avec un réel enthousiasme que je me suis lancé dans la lecture de ce second volet !

Ce deuxième tome des aventures des chevaliers de la table ronde vue par Alexandre Astier commence par une jolie case : un drakkar en plein milieu de l’océan et la lune qui reflète sur l’eau. Après les zombies dans le premier tome, c’est donc cette fois les vikings qui menacent le royaume de Kaamelott. Ces derniers sont à la recherche des sièges de transports, des objets magiques qui permettent de se téléporter d’un siège à l’autre simplement en s’asseyant dessus, le truc parfait pour tenter d’envahir un territoire. Mais alors que la Dame du Lac prévient le Roi Arthur qu’un objet magique risque de tomber entre de mauvaises mains et qu’il faut qu’il le récupère avant, il ne semble pas s’en soucier plus que ça. Il décide donc d’envoyer deux de ses plus braves chevaliers pour s’occuper de cette mission : Perceval et Karadoc ! Ca donne une petit idée de l’importance qu’il donne à cette tache !

Si vous avez suivi la série télé, alors vous avez déjà entendu parler des sièges de transport puisque Perceval en parle au cours d’un épisode où il explique qu’il comprenait pas que les deux sièges cote à cote ne servaient pas à grand chose, forcément… Dans la BD, on peut donc découvrir cette aventure plus en détail. Du Royaume de Kaamelott jusqu’au qu’au Languedoc, on y découvre ainsi une histoire qui se découpe en trois parties puisque d’un côté on y suit les Vikings qui sont à la recherche d’un des sièges ; de l’autre Perceval et Karadoc en mission pour le roi, bien qu’ils vont être séparé à partir d’un moment… Et on suit également les péripéties d’Arthur très occupé à se trouver une nouvelle pièce pour y installer son bureau et pouvoir travailler tranquillement, mais c’est bien évidemment sans compter sur ses beaux parents qui vont tout faire pour le mettre à bout comme à leurs habitudes !

  

J’ai plutôt bien apprécié ce deuxième volet puisque Perceval et Karadoc sont mes personnages préférés et qu’ils font partis de ceux qui sont mis en avant dans ce tome. C’est aussi l’occasion de retrouver des têtes connues qui étaient absentes du premier tome comme la Dame du Lac ou encore le fameux Venec qui va se retrouver dans une mauvaise situation à cause de Perceval !
Si l’humour est donc toujours bien présent, au niveau des dessins c’est assez inégal. Certains personnages sont facilement reconnaissables alors que pour d’autres c’est un peu moins le cas comme pour l’aubergiste ou encore le seigneur Hervé. Bon, rien de dramatique non plus, le travail effectué par Steven Dupré reste de très bonne facture.
Enfin, j’avoue aussi que j’aurais préféré une histoire que se serait plus concentré sur certains personnages en particulier plutôt que d’avoir trois points de vus différents comme c’est le cas ici.

Dans l’ensemble, Les Sièges De Transport reste un tome très plaisant à lire. Les fans de la série devraient en tout cas apprécier à coups sûr !




Laisser un commentaire

Translate »