Metal Gear Solid V – The Phantom Pain [Test – PS3]

MGS V Vedette
Metal Gear Solid V est donc le dernier épisode signé Hideo Kojima. Un épisode qui amène beaucoup de changements et qui est aussi censé faire le lien avec le tout premier Metal Gear sorti sur MSX 2.

Avec la polémique qu’il y a eu, certains n’étaient pas très content de voir que Konami ait retiré la mention « A Hideo Kojima Game » de la couverture. Mais soyez rassuré, le nom de Kojima vous allez le voir souvent dans le jeu. En effet, chaque mission est faite comme si c’était un épisode d’une série télé, avec un mini générique de début et de fin. On a même le droit parfois à un fameux « A suivre » ! Ce découpage sous forme d’épisodes est plutôt bizarre. Déjà, on voit la liste des personnages qui vont apparaître durant la mission mais, surtout, ça casse un peu le rythme du jeu, je trouve. Rien de bien gênant toutefois.
Par contre, si autrefois beaucoup de joueurs reprochés à la série d’avoir plus de cinématiques que de phases de jeu, les développeurs ont bien changés les choses de ce côté là. Les cinématiques sont en effet très peu nombreuses et sont remplacées par des cassettes audio que l’on peut écouter quand on veut. Étant donné que ce n’est pas obligatoire de les écouter, ceux qui n’ont pas envie de le faire passeront à côté de beaucoup d’informations sur l’histoire. En même temps, il faut reconnaître que c’est quand même beaucoup moins classe que des cinématiques. Et puis j’avoue que, parfois, j’avais aussi du mal à reconnaître les voix des personnages… Même si la plupart du temps ce sont Miller et Ocelot que l’on entend, puisque Big Boss est très peu bavard dans cet épisode. Un peu étrange, mais du coup on est pas trop surpris par son changement de voix, David Hayter ayant du laisser sa place à Kiefer Sutherland. Une nouveauté parmi tant d’autres dans le jeu.

MGS V 1On commence ainsi le jeu dans un hôpital, où Big Boss se réveille d’un coma qui a duré 9 ans. A peine réveillé qu’il se fait déjà attaquer. Premier objectif pour lui : sortir de là avec l’aide d’une autre personne dont le visage est complètement recouvert. C’est ainsi l’occasion de retrouver la jouabilité qui avait déjà été mise en place avec Ground Zeroes. De ce côté, on ne peut pas reprocher grand chose, c’est bien plus souple et plus agréable à prendre en main qu’auparavant. Dans tous les cas, une fois sortie de cet hôpital. Notre cher Big Boss va avoir une autre mission : reconstruire sa Mother Base et pouvoir ainsi se venger de l’organisation Cipher qui avait détruit sa première base.
MGS V reprend ainsi le principe de Peace Walker, dans lequel on construisait justement cette première Mother Base. Cette fois, c’est quand même un peu plus poussé. Car si avant les PIM (l’argent dans le jeu) et le niveau des différentes sections suffisaient pour construire les différents équipements et armes, il faut maintenant aussi récupérer différentes ressources ou disposer de soldats qui auront des capacités spéciales. Tout ça peut se récupérer sur le terrain, on peut ainsi partir à la cueillette pour récupérer des plantes, des ressources mais aussi des soldats en utilisant les fameux ballons Fulton. Attention tout de même car ici la récupération des soldats n’est pas sûr de réussir, il faut en effet faire attention à différents critères comme la météo et qu’il n’y ait pas d’obstacles au dessus du personnages (dans Peace Walker, c’était pas grave, ça passait à travers). De toute façon, un indicateur précise le pourcentage de chance pour que la récupération soit une réussite.
Les recrues doivent aussi être placés en fonction de leurs spécialités, certains seront plus doués pour la section Recherche et Développement, d’autres auront plus leur place dans l’équipe de renseignement ou encore certains seront plus utiles pour le combat. Ces derniers pourront d’ailleurs être envoyés en missions dans le but de gagner un peu plus de PIM, de ressources, etc. Par contre, ils peuvent aussi être blessés ou tués, il faut donc faire attention à ne pas les envoyer dans des missions qui seraient trop difficiles pour eux sous peine de voir son équipe diminué.
Le développement de la base est certainement ce qui demande le plus de temps dans le jeu et ce qui est intéressant, c’est que cette fois il est possible de la visiter librement ! On peut y faire quelques quêtes annexes mais aussi y débloquer quelques scènes scénarisées. Le fait de se balader dans la Mother Base redonnera aussi le moral aux Hommes qui seront ainsi plus efficaces.
A côté de ça, il y a aussi les bases secondaires appelés FOB, ces dernières permettent d’augmenter le nombre possible de recrues dans les différentes sections. On peut développer plusieurs de ces bases. Pour la première ça ira, ça se passe à peu près de la même manière que pour la Mother Base. Par contre, pour les suivantes, ce n’est plus des PIM qu’il faut mais des jetons spéciaux. Et la meilleure façon d’obtenir ces fameux jetons c’est de les acheter. Voilà. Heureusement, on peut très bien avancer dans le jeu sans ses soucier de cet aspect là. Et puis il faut dire que ce n’est pas vraiment mis en avant de toute façon.
La particularité des FOB, c’est que l’on peut infiltrer celles des autres joueurs. En réussissant une infiltration, on gagne alors quelques hommes et ressources supplémentaires mais l’inverse est également possible, vos bases peuvent très bien se faire attaquer (sauf la Mother Base) et voir vos ressources être volés. Le truc, c’est que c’est sympa au début mais peu importe les bases que l’on infiltre, elles se ressemblent toutes. Et comme il faut toujours faire la même chose, on fini vite par se lasser.

MGS V 2

Mais revenons-en à l’aventure principale.Vient enfin le moment où il faut partir en mission. Avec l’iDroid, on peut appeler l’hélicoptère qui nous emmènera sur le terrain. L’appareil permet aussi de sélectionner les missions que l’on veut faire. Parce que oui, si plusieurs missions principales sont débloquées on peut les faire dans l’ordre que l’on veut, en plus de faire des missions annexes. Quoi qu’il en soit, une fois la mission choisi, il faut ensuite sélectionner l’équipement que l’on va utiliser et il est aussi possible de prendre un coéquipier.
Au départ, on a que le cheval, qui permet de se déplacer plus rapidement ou à qui on peut donner l’ordre de faire ses besoins sur la route, ce qui aura pour effet de faire déraper un véhicule ennemi qui passerait par là. L’humour Kojima quoi.
Ensuite, c’est un chien que l’on pourra emmener. Ce dernier pourra être utile pour repérer des ressources, des mines ou encore occuper les ennemis pour passer discrètement.
Puis ensuite, viendra la possibilité d’utiliser un robot, appelé D-Walker, qui permet également de se déplacer plus rapidement mais qui a l’avantage de pouvoir être équiper d’armes. Plutôt efficace si on veut passer en force.
Et enfin, le dernier coéquipier et cette fameuse sniper du nom de Quiet. En plus d’avoir un rôle à jouer dans l’histoire elle pourra donc accompagner Big Boss dans les missions. Elle est capable de visiter discrètement un camp ennemi et de marquer tous les soldats présent. Elle pourra aussi servir de couverture si jamais Snake se fait repérer. C’est certainement le coéquipier le plus efficace parmi tous, et je dis pas ça juste parce qu’elle est sexy !
Sinon, rien n’empêche de partir seul en mission et même de se lancer des défis en ne prenant rien du tout. D’ailleurs, pour les missions annexes, il est même possible de choisir un autre personnage, parmi ceux qui se trouvent dans l’équipe de combat.
C’est un peu l’avantage du jeu, malgré que ça peut sembler répétitif parce qu’on fait un peu souvent la même chose, le fait de pouvoir aborder les missions de la manière que l’on veut permet de diminuer un peu ce côté redondant. On peut ainsi effectuer les missions de jour comme de nuit. Le jour les gardes seront plus vigilant et ce sera moins facile d’être discret. La nuit ça sera plus simple mais attention quand même car l’IA des ennemis est assez efficace. S’ils vous repèrent ils n’hésiteront pas à appeler du renfort, à vous bombarder avec du mortier ou encore à tirer des fusées éclairantes pour mieux vous retrouver.
Le terrain de jeu est lui aussi conséquent. Déjà avec la Mother Base qui est très grande une fois développée complètement. Et puis les missions se déroulent en Afghanistan mais aussi en Afrique. Dans les différents endroits il y aura toujours des décors assez variés. On y retrouvera plusieurs bases ennemis, plus ou moins grande. A noter aussi que la météo est variable. En Afghanistan, il y a parfois des tempêtes de sables qui réduisent beaucoup le champ de vision, c’est le genre de moment idéale pour avancer sans se faire repérer. En Afrique, c’est plutôt la pluie qui apparaît de temps en temps et ça permet de camoufler un peu les bruits que l’on peut faire.
Enfin, la bande-son du jeu est vraiment de très bonne qualité. On peut d’ailleurs récupérer des chansons que l’on pourra écouter n’importe quand, même durant les missions.

MGS V 3Le jeu propose donc pas mal de chose et il faudra de nombreuses heures pour en voir le bout. Comptez une cinquantaine d’heure pour l’histoire principale et le double, voire le triple, pour tenter de le faire à 100%. Pourtant, malgré toutes ses qualités, une fois arrivé au bout de l’aventure j’ai eu comme un sentiment de déception. Déjà, à cause de cette façon de raconter l’histoire qui est moins immersive. Les cassettes audio qui remplacent des cinématiques, j’ai trouvé ça moins classe surtout que toutes les écouter ça peut devenir limite une corvée.
Il y a aussi ce chapitre 2 que j’ai trouvé vraiment très étrange. On nous demande de refaire quelques missions déjà effectuées dans le premier chapitre mais dans un niveau extrême, voire même encore plus difficile. Heureusement, elles ne sont pas obligatoire, on peut faire quelques missions annexes à la place pour débloquer les nouvelles. Mais je comprends pas vraiment pourquoi dans les missions principales, on nous en propose des très difficiles pas obligatoire alors que dans les missions secondaires on en trouve certaines dites « importantes » et qui vont avoir un lien direct avec l’aventure principale ! J’avoue que j’ai trouvé ça vraiment mal foutu, à moins que j’ai pas compris quelques choses mais bon…
Et puis les personnages ne sont pas aussi marquant qu’avant. Pour le peu de boss qu’il y a, c’est pas ceux de cet épisode que l’on retiendra le plus de la série. Je m’attendais aussi à quelque chose de plus intéressant avec certains personnages comme Ocelot et Miller et finalement, il se passe pas vraiment grand chose. Reste le personnage de Quiet qui se démarque peut-être un peu plus des autres.
Par contre, ce qui déçoit vraiment, c’est cette impression d’un jeu inachevé. Surtout quand on sait qu’une 51ème mission devant être présente mais qui a été retiré faute de temps. Cette dernière mission aurait pu proposer un final bien plus intéressant que celui auquel on a droit. On peut d’ailleurs voir une vidéo présentant quelques cinématiques et des dessins préparations de cette mission dans le DVD bonus qui est fournit avec la version collector du jeu. Pas vraiment sympa pour ceux qui n’ont que la version classique, surtout que ça dévoile quand même des informations assez importante. Heureusement, il est possible de trouver la vidéo sur Internet. Le jeu était censé faire le lien avec le premier Metal Gear, au final j’ai pas trouvé que tout était vraiment raccordé.

Ah et aussi, comme vous pouvez le constater, j’ai joué au jeu sur PS3 puisque je ne suis pas encore passer à la next-gen. Du coup, est-ce que le jeu en vaut la peine sur cette génération de console ? Déjà le jeu est en 720p. Sacrilège ! Bon, honnêtement la résolution du jeu, personnellement, je m’en fous un peu. Par contre, il arrive que le jeu soit un peu moins fluide surtout lorsqu’on est en journée et que l’écran est un peu chargé. La profondeur de champ est aussi pas mal réduite, à peine quelques mètres plus loin et les textures sont un peu plus floues avec beaucoup de clipping. Mais en utilisant la lunette pour zoomer, on peut quand même bien voir les environnements qui se trouvent au loin. J’ai pas vraiment été gêné par le côté technique du jeu, ça change pas vraiment l’expérience mais d’un point de vue visuel, c’est sûr que ça sera bien plus agréable sur les consoles de nouvelle génération ou encore sur PC.

MGS V 4

Lire les avis sur Game Forever :
Metal Gear Solid V – The Phantom Pain [PS3]




Laisser un commentaire

Translate »