Star Wars Rebels [Saison 1 – Critique]

Article rédigé par Henri
SWR1

Depuis le rachat par Disney de la licence Star Wars, plusieurs projets ont été rapidement annoncés : une nouvelle trilogie au cinéma… et une série TV dont l’action se situe dans le long intervalle scénaristique entre les épisodes III (La Revanche des Sith) et IV (Un Nouvel Espoir… enfin, la Guerre des Etoiles quoi !). Après l’arrêt de la série en images de synthèse The Clone Wars (6 saisons, 121 épisodes et même un film sorti au ciné), Star Wars Rebels se présente donc comme la toute première production de la licence sous l’ère Disney. De quoi craindre le pire ?

La série a été d’abord présentée au public par 4 courts-métrages introduisant chacun des personnages principaux, mais la vraie « première » constitue en un épisode double. On suit donc les aventures d’un petit groupe de rebelles sur la planète Lothal. 14 ans après l’avènement de l’Empire, la mainmise du seigneur Sith Palpatine est totale, et le petit groupe rebelle composé de Kanan (le chef), Hera (la pilote du vaisseau), Zeb (un guerrier Lasat), Sabine (une ancienne mercenaire mandalorienne) et le droïde « Chopper » (la caution kids), paraît bien seul.
Alors que dans leur mission de vol d’armes, le groupe se retrouve confronté à l’agent Kallus, un soldat impérial opiniâtre et dévoué, il croise également sur sa route un jeune voleur, Ezra. Embarqué malgré lui dans la mission des rebelles, l’adolescent orphelin se trouve une nouvelle famille ainsi qu’un modèle en la personne de Kanan, qui se trouve être un ancien padawan Jedi ayant survécu à l’extermination de son ordre.
Le prologue prometteur ne pouvait s’achever sans la présentation du grand méchant de cette saison 1 : ce sera l’Inquisiteur, un guerrier Sith menaçant sous les ordres de Dark Vador, chargé de traquer les derniers Jedis.

SWR2 SWR3

Composée de 13 épisodes, la saison 1 vise principalement un public jeune, non sans rebuter les vieux fans de Star Wars ; c’est ainsi qu’Ezra est naturellement le personnage principal de la série, et qu’il se découvre le potentiel d’être Jedi.
Entre les épisodes à la tonalité légère, aux intrigues parfois faciles, Star Wars Rebels réserve quelques jolis moments, et pas seulement au niveau de la qualité de l’image, des décors et de l’animation. Les passages les plus intéressants concernent notamment la relation de maître à apprenti entre Kanan et Ezra : l’adolescent ne rêve que d’apprendre et voue une grande admiration au Jedi, lequel est toutefois rongé par son manque d’assurance et un sentiment de lâcheté.
L’ensemble des personnages principaux forme un groupe sympathique et attachant, dont on suit les aventures avec plaisir. Les méchants finissent toujours par perdre à la fin, mais les victoires sont soit de courte durée, soit des fuites heureuses alors que l’Inquisiteur constitue une menace plus crédible qu’un Dark Maul… même si la production n’a pas pu s’empêcher de l’affubler d’un double sabre-laser fantaisiste !

Surtout, au fil de chaque épisode, les clins d’œil à l’ensemble des films ainsi qu’à la série animée Clone Wars se multiplient, sans donner l’impression d’arriver comme un cheveu sur la soupe : ne soyez donc pas surpris de croiser des wookies, C3PO, R2D2, Lando Calrissian, Bail Organa (le père adoptif de Leïa), Tarkin ou encore Yoda, sans compter la multitude de personnages mineurs aperçus dans la saga. Généralement, Star Wars Rebels s’intègre très bien dans la chronologie.
La saison s’achève également sur un final en deux épisodes digne de ce nom, où le petit groupe rebelle découvre qu’il n’est pas seul, et qu’un mouvement de plus grande ampleur se prépare contre l’Empire.

Alors, verdict sur cette première production Star Wars à la sauce Disney ? Vous l’aurez compris, globalement j’ai été agréablement surpris… et j’attends la suite avec un certain intérêt !

SWR4




Laisser un commentaire

Translate »