Les Aventures de Tintin : Objectif Lune [Critique]

Article rédigé par Henri

tintin-objectif-lune-1Tout le monde sait que le premier homme à avoir marché sur la Lune n’est pas Neil Armstrong, mais Tintin ! Avec Le Temple du Soleil, le diptyque « Objectif Lune / On a Marché sur la Lune » fait partie des aventures les plus connues du reporter. Lorsque commence la publication en 1950 d’Objectif Lune dans le journal Tintin, l’ambition affichée par Hergé est de proposer un récit d’anticipation sur un voyage vers la Lune, en essayant d’être le plus réaliste possible compte tenu des connaissances de l’époque. Vue avec nos yeux d’aujourd’hui, l’histoire n’est pas toujours scientifiquement exacte, mais demeure malgré tout étonnamment pertinente.

Objectif Lune est la première partie, et se concentre sur la préparation du voyage. Et les préparatifs, ce n’est jamais très marrant, n’est-ce pas ? Hergé doit toutefois en passer par là s’il veut que son récit soit considéré comme suffisamment sérieux et documenté : pas question d’envoyer Tintin et ses amis sans explication sur les contraintes d’une telle expédition !

L’aventure démarre donc sur une invitation du professeur Tournesol, parti en Syldavie travailler sur un projet top secret, tellement fou que le capitaine Haddock en rira dans un premier temps : embarquer à bord d’une fusée à propulsion atomique, direction la Lune ! Les préparatifs s’annoncent toutefois semés d’embûches : outre le défi technologique que représente ce voyage et les tensions au sein du groupe (ne jamais traiter Tournesol de « zouave » !), des ennemis œuvrent dans l’ombre pour s’emparer des secrets de la fusée.

tintin-objectif-lune-2     tintin-objectif-lune-3

Cet album fait partie de ceux qui ont fait rêver tous les lecteurs. Pourtant, il n’est pas des plus faciles à lire, notamment pour un jeune public, et ce malgré les efforts d’Hergé pour apporter de très nombreuses touches d’humour. La difficulté était en effet de rendre le récit scientifiquement crédible, tout en évitant de s’embourber dans de fastidieuses explications. Sur ce point, Hergé s’en sort généralement plutôt bien : les dialogues de l’ingénieur Wolff (l’assistant de Tournesol) sont souvent bien rasoirs, mais ils passent mieux grâce aux interventions savoureuses du capitaine Haddock.
L’autre difficulté est de créer une aventure à partir de ces préparatifs, et j’ai senti à la lecture d’Objectif Lune qu’Hergé a tenté d’étirer le récit. Dans cet album, on reste ainsi les pieds sur Terre, à rêver de la Lune, mais le voyage promis sera pour la deuxième partie.

tintin-objectif-lune-4Même si les gags faisant intervenir les Dupondt font toujours mouche, et que la célèbre crise de colère de Tournesol – particulièrement mémorable – reste l’élément central de cet album, Objectif Lune traîne en longueur, malgré la qualité de l’écriture ainsi que des dessins superbes. La découverte de la fusée occupe notamment toute la page 42 de l’album, et le rendu est tout simplement impressionnant, mais la vraie aventure, elle, ne décolle qu’à la toute fin, non sans laisser le lecteur dans une incertitude insoutenable quant au sort de nos héros !

Évidemment, l’aventure se poursuit dans On a Marché sur la Lune, qu’on ne peut lire sans avoir commencé par Objectif Lune.




Laisser un commentaire

Translate »